Ouro Lethicia

Details

Titre du projet : « Les arts plastiques dans le livre II de la République de Platon »

Direction : Gabriele Cornelli et Anca Vasiliu

Lethicia Ouro effectue un séjour de recherche de deux mois au Centre Léon Robin (du 26/02/24 au 05/04/24) dans le cadre d'un post-doctorat.

 

Résumé du projet de thèse :

Platon est connu comme un ennemi des arts, surtout à cause de sa critique de la mimesis dans le livre X de la République. Cependant, dans d’autres livres de la République sa critique n’est pas radicale et dans d’autres dialogues on ne rencontre pas ce point de vue. Dans ma recherche j’ai choisi d’étudier spécifiquement le regard de Platon sur les arts plastiques. À présent, j’étudie le livre II de la République où il se préoccupe surtout de l’éducation par la poésie. Mais est-ce que la peinture et la sculpture ont leur place dans l’éducation des gardiens ? Est-ce qu’il critique les arts plastiques de son temps, le trompe-l’œil, comme le dit Pierre-Maxime Schuhl dans Platon et l’art de son temps ? Est-ce que pour lui ces arts n’auraient pas d’importance comme le dit Eva Keuls, dès lors que, selon elle, il les utilise seulement en guise de comparaisons, d’analogies ?

Dans le livre II de la République il fait allusion à la peinture dans son évaluation des arts : la skiagraphia, peinture des ombres à l’époque de Platon, n’est pas condamnée, seulement l’homme injuste qui se fait passer pour juste ; les arts plastiques sont très utilisés par Platon, même quand il parle de la relation entre les philosophes et les poètes, ce qui montre leur importance.

Sur la sculpture nous avons des passages intéressants. Pour savoir qui est heureux, Glaucon « sculpte » des hommes, le juste et l’injuste (361d), et cela est un procédé philosophique. Les personnages moulent (platto) la cité idéale (374a). Le caractère façonné par l’éducation est comme une sculpture (377b-d). Les personnages du dialogue montrent les moules (typos) pour que les poètes créent les mythes (379a, 380c, 383a c).

En ce qui concerne la peinture, Platon parle un peu de l’art de son temps. Il parle d’une peinture de Polygnote où l’on voit les injustes payer pour leurs actes (363d e). Comme mentionné plus haut, l’homme injuste fait comme s’il était juste en utilisant une skiagraphia (365c). La peinture apparaît seulement dans la cité de luxe (373a b), elle est importante dans la vie humaine. La peinture est l’exemple d’un art fidèle à l’original (377e). On ne doit pas représenter la lutte des dieux dans l’art, comme cela est le cas dans la peinture ou broderie du péplos d’Athèna (378c).

Par conséquent la présence des arts plastiques dans le livre II de la République montre l’intérêt de Platon et leur importance pour sa philosophie. On voit aussi une des premières caractérisations de la peinture et de la sculpture dans la pensée occidentale. La sculpture est une image de la philosophie et la peinture peut représenter les vertus. Ces arts sont, en général, loin des apparences et plus proches de l’original.

   
Copyright © 2024 Léon Robin Centre for the Study of Ancient Thought. All Rights Reserved.
Joomla! is Free Software released under the GNU General Public License.

We have 629 guests and no members online